Retour vers Actualités

Montparnasse-Bienvenüe de nouveau accessible pour la ligne 4 19.05.2017

Les travaux se poursuivent sur la ligne 4

Les quais de la Ligne 4 du métro de la station Montparnasse-Bienvenüe vont rouvrir dès le vendredi 19 mai, avec près de deux semaines d’avance. Les travaux exceptionnels de modernisation de la ligne se poursuivront entre les stations Porte de Clignancourt et Réaumur-Sébastopol, en vue de l’automatisation intégrale de la Ligne dès la fin de l’année 2022

C’est déjà la fin des travaux pour la station Montparnasse-Bienvenüe ! Fermés depuis le 27 février, les quais de la ligne 4 rouvriront dès le 19 mai, avec plus de dix jours d’avance sur la date prévue. Une bonne surprise pour les 740 000 voyageurs empruntant cette ligne chaque jour, et qui en font la 2ème plus fréquentée du métro parisien.

La modernisation se poursuit sur la ligne 4

Objectif de ce chantier essentiel : renforcer et rehausser les quais en vue de l’installation des portes palières, essentielles à l’automatisation future de la ligne 4. Après Montparnasse-Bienvenüe, ce sera au tour des stations entre Porte de Clignancourt et Réaumur-Sébastopol de fermer leurs portes durant le week-end de l’Ascension, du 24 au 28 mai. Un bus de remplacement (Bus M4) sera mis en place pendant cette période. Des travaux seront ensuite menés à la station Saint-Sulpice du 29 mai au 7 septembre, toujours dans le but de préparer l’automatisation de la ligne à l’orée 2022.

Les 27 stations devraient ainsi être modernisées d’ici à 2019, avant une mise en service progressive des nouvelles rames automatiques entre 2020 et 2022. Le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) a voté en décembre 2016 l’acquisition de 20 nouvelles rames pour équiper la ligne 4. L’automatisation de la principale ligne de métro sur l’axe nord-sud parisien permettra de gagner en capacité, en régularité, en confort et en sécurité grâce aux portes palières. Le coût total, incluant le prolongement au sud jusqu’à Bagneux et l’adaptation des stations, atteint 413 M€, auxquels s’ajoutent 211 M€ pour l’achat et l’adaptation des rames automatiques. Ces travaux représentent un véritable défi technique puisqu’ils sont effectués sans interruption majeure de trafic, à l’instar de ce qui avait été fait en 2012 par la RATP, pour la première fois au monde, sur la Ligne 1.